vendredi 15 juillet 2011

SOS Racisme en pleine mobilisation... avec le pognon de qui ?

Qu'on soit claire, je suis ultra-libéral et à ce titre on fait ce qu'on veut de son argent.

Donc si les Pierre Bergé, les Bolloré, et autres milliardaires ont envie de payer des sommes énormes pour favoriser certaines groupes politiques, dont la minuscule association (de par ses membres) SOS Racisme, pas de problème !

La pseudo cause "antiraciste", déguisement des idées de gauche radicale sur l'immigration, n'est de toute façon qu'un outils pour ceux qui ont de l'argent et qui veulent en donner avec des arrières pensées précises. C'est aussi un bon moyen de défendre l'immigration poussée à son maximum par une stratégie pour gosse de 4ans mais tout de même fonctionnelle : "le monsieur contre l'immigration c'est un méchant raciste" .

Bien sur, la réalité de l'islamisme des quartiers et du racisme anti-blanc est passée par là. Malgré les pressions, il est largement moins crédible qu'autrefois d'apporter son soutien à SOS Racisme en se prétendant le camp du bien.

Il n'empêche que les clivages restent les mêmes, ainsi que les intérêts. On ne risque pas de voir ces milliardaires changer de camp dans les années qui viennent.

PAR CONTRE, de savoir que le contribuable paye est tout simplement scandaleux.

La Ville de Paris a voté 160 000 euros de subventions pour le concert d'SOS Racisme.
En ajoutant 30.000 euros pour un "village associatif".
En ajoutant, encore, 40.000 euros pour SOS Racisme !

La question qui doit être posée est la suivante, SOS Racisme a tellement de "potes" milliardaires, qu'est ce qui motive ce plaisir de puiser dans l'argent du Contribuable ?

Et enfin, à ceux qui ne comprennent toujours pas dans quel régime est plongée la France, peut-être suffit-il désormais d'exposer ces chiffres pour déjà répondre à la question !

La France n'est pas un pays où on se fera torturer au fond d'une prison, comme Evin en Iran.

En revanche, je prends ton argent et je t'encule, et je te traite de raciste si tu es pas content, ça semble être encore et toujours le système imposé par notre élite (qui s'impose déjà elle-même...).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire