mardi 7 juin 2011

Manuel le nouveau Pasqua de gauche

La "gauche sécuritaire", je crois que j'ai vu ça en première littéraire. Ca s'appelle une antithèse. En tout cas c'est comme ça que François de Souche nomme la position de Manuel Valls qui nous propose un croisement un peu bâtard entre le Pasqua de 1993 et la fiscalité de Piketti. Thomas Piketti, dont les think tanks américains ont dénoncé l'affabulation des chiffres mais qui reste l'inspiration du PS... ou de Marine Le Pen (j'ai relu l'article pas moins de 4 fois quand je suis tombé dessus. Pas moyen, Marine a dit s'être inspirée des travaux de ce mec !).

Passons sur l'affabulateur qui fait des émules chez les interventionnistes, considérons un peu Manuel et sa droitardisation qui serait la meilleure des choses si elle était sincère. Car qui y croit une seconde ?

Sarkozy a serré la main de Bush en 2007, il a vendu le "Reagan français" devant une salle comble de petits jeunes PoP à Bercy. Une étiquette que Jean Marie Le Pen avait cru bon de balancer aux ordures dès le début des années 90 (ça inspire de faire rentrer des NR et d'autres admirateurs des dictatures arabes).

Après un coup pareils, qui peut croire qu'un seul politicien français va rétablir la sécurité ?

Je ne parle même pas du monétatisme que Bernard Trémeau essaye d'enseigner à des abrutis "patriotes" qui ne font plus la différence entre l'Etat et la nation ou qui croit que le nationalisme est forcement socialiste parce qu'un autre inculte des années 30 qui ne savait même pas peindre en a fait son programme, mais qui lisent quand même les 4 Vérités Hebdo parce que c'est encore dans les liens du site du Front National.

Désolé Manuel Valls, la sécurité au Parti Socialiste c'est un peu comme le monétarisme à l'UMP, c'est pas près d'arriver. D'ailleurs si "Sarkozy le facho" (copyright SOS Crétins) n'a pas été capable de le faire, qui va croire que c'est Martine et ses copines qui font agir en quoi que ce soit ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire